Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 09:25

L’assassinat au musée des Beaux-Arts

 

Hier soir, un des sponsors du musée des Beaux-Arts est mort .Il s’appelle François Gibert. C'est le directeur d’une entreprise. Son corps est allongé dans une mare de sang. Le lieu du crime est dans un état horrible. L'ambiance du musée est étrange. Cette nouvelle est tout de suite rapportée par la télévision, tout le monde est surpris. Comme c’est le musée le plus réputé dans cette région, on se demande si aujourd’hui la moralité de la société n’a pas avancé mais reculé.

Le conservateur du musée, Thibeau Dupont et le gardien Pascal Laforêt sont suspects. Ils sont interpellés par les policiers. Mais, en raison du manque de preuves, le conservateur est libéré. Un des employés du musée, Pierre Martin a rencontré M .Dupont après qu’il a été libéré. Il lui a proposé d'attirer des entreprises pour sponsoriser le musée des Beaux- Arts  grâce à ce crime. Pendant leur communication, ils ont évité de parler de M. Gibert qui est la victime de cette affaire. Le conservateur consacrait beaucoup de temps à recueillir des fonds pour poursuivre les activités du musée. Après qu’ils se sont rencontrés, le conservateur chuchotait pour lui-même, il se promettait d'utiliser le reste de sa vie à se faire pardonner ses péchés.

Le pauvre gardien n’a pas de chance. Quand il est arrivé au commissariat,les policiers l'ont interrogé plusieurs fois au sujet de ce crime, mais il a insisté fortement pour dire qu’il était innocent. A la fin de l’ interrogatoire, les policiers étaient déçus de ne pas avoir obtenu ses aveux.

Depuis des jours et des nuits, cette affaire n’avançait pas, le chef du commissariat était fâché,du fait de la crainte des pressions de l’opinion publique. Le chef insistait pour qu'on achève cette affaire si on n'y parvenait pas, la prime mensuelle serait automatiquement annulée. Pour certains policiers, cela sonnait comme un coup de tonnerre. Les policiers qui s'étaient occupés d’interroger le gardien se sont mis d'accord. Pour qu’il avoue tout, ils mettent ses pied dans l’eau en les connectant avec un circuit électrique au cours de l’interrogatoire. Ils pensent qu'en sacrifiant le gardien, tout le monde pourra être sauvé.

Finalement, le gardien ne supporte pas cet interrogatoire cruel, on lui extorque des aveux par la torture. Par conséquent, il sera mis en prison.

Le commissaire achevait finalement cette mission,et tout le monde pouvait être soulagé et évidemment, les policiers pouvaient recevoir la prime.

L’histoire se termine parfaitement ?

Non, moi,je ne suis pas satisfait. Comme je suis détective, je connais toute l'histoire, de plus, je sais qui est le vrai assassin.

Un jour, j’interrogeais mon ami Pierre, afin de pouvoir définir la vérité.

Pierretu sais que l’assassin est M. Dupont, n’est-ce pas ? ’’je lui ai demandé.

Ah, qu’est-ce que tu racontes ? Le commissaire nous a affirmé que l’assassin était M.Laforêt, non ?”a -t-il-dit.

Sois honnête, je suis sur que tu sais que M.Dupont est l’assassin. Pourquoi tu l'a disculpé? Il est coupable !!!”je parlais avec colère .

Comment sais-tu que M.Dupont est l’assassin ? Et comment puis-je savoir que M.Dupont est l’assassin ? Comment peux-tu définir que je sais que M.Dupont est l’assassin ?”il posait de nombreuses questions, je ne pouvais pas les suivre.

J’hésitais et il continuait à m’interroger, “Si M.Dupont est l’assassin, est-ce que tu penses qu’il doit être accusé ?”

Bien sur, il a assassiné, c’est offenser la loi, ai-je dit. Donc, M.Gibert devait être assassiné ? » l'ai-je contredit.

S’il n’avait pas offensé la loi, il n’aurait pas autant d’argent. Tous les marchands jouent un jeu avec la loi, il était donc coupable, il avait menti à ceux qui aiment vraiment l’art. La loi ne pouvait pas le condamner, ne devait-il pas être puni ?”a-t-il dit.

Tous les assassins se défendent pour cacher la vérité. Nous n’avons pas le droit de dépouiller la vie d’autrui. Ils doivent être juger par la loi !!”j’insistais sur mon point de vue.

 

La loi ?Il méprisait ce que j’avais dit et il a répondu : la loi est seulement pour les riches mais elle n’est pas pour les hommes comme toi et moi.”

Par contre tu as le droit de faire justice toi-même ? Tu penses que tu es supérieur à la loi ? Et que ce que tu proposes est la vraie justice ?” hurlais-je.
“La justice ? Qu’est-ce que c’est ? Elle n’existe pas. Si tu peux dévoiler la vérité derrière cette histoire, tu seras juste.” Après ces mots, il est parti.

Je regardais son dos, cela me faisait réfléchir, je savais qu’il me provoquait au combat. Pour lui, Dieu l’envoie au monde pour qu’il puisse le changer. Désormais,lui et moi, on est sur différents chemins, mais la destination est toujours la même

 

Xiangyue LU

Partager cet article

Repost 0
Published by Etudiant de l'ecole interculturelle - dans Nos histoires policières
commenter cet article

commentaires