Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 08:06

Dans le cadre du festival Quais du polar, fin mars à Lyon, des étudiants du groupe C1 ont participé au concours de nouvelles. Il fallait écrire un texte de 6000 signes maximum sur le thème "juste avant la nuit" avec une forme libre et une ambiance d'histoire policière.

Nous allons mettre ces textes en ligne au cours du mois de mai.

Voici donc le quatrième :

 

 

 

Assassinat d'un ouvrier

 

 

 

Plein hiver. Et il pleut souvent à Lyon pendant l’hiver. Guichard habite dans un petit appartement en banlieue. Pour rentrer chez lui, cette allée est inévitable. En fait, c’est une petite rue sans lampadaire et tout au bout, il y a 2 poubelles, où on peut trouver des chats errants fouillant la nourriture. Mais ces derniers jours, on peut entendre régulièrement le fracas de pierres heurtant le mur.

 

 

 

05H32, le 25 décembre

 

Le corps de Guichard a été trouvé par un éboueur, les policiers sont sur la scène du crime. Ils interrogent l’entourage de Guichard.

 

 

 

Travaillant sur un chantier situé dans le centre ville, Guichard a une vie difficile. Normalement, il lui faudrait mettre de l’argent de côté pour son avenir, mais bien au contraire, il est acrro à des jeux de hasard qui le mettent souvent sur la paille.

 

 

 

23H18, le 24 décembre

 

Il pleut par intermittence depuis plusieurs jours et il fait toujours froid. Les arbres sont tous nus, le ciel reste tout le temps gris. Tout le monde s’habille de la même façon : une grande écharpe autour du cou, un épais manteau qui leur tient chaud, de hautes bottes jusqu’aux genoux. Guichard, lui aussi.

 

 

 

07H58, le 25 décembre

 

Michelle (une voisine, deuxième étage, porte droite) : Guichard aime bien fumer, il fume souvent. Hier soir, je l’ai vu fumer dans cette allée.

 

Florence et Jacques (des voisins, troisième étage, porte gauche) : on entendait souvent des bruits, mais on ne savait pas ce que c'était.

 

Émilie (une collègue de travail) : Guichard avait besoin d’argent, et un collègue, Damien, lui a prêté 3 000 euros.

 

Daniel (le concierge de leur immeuble) : Un homme suivait parfois Guichard et quelquefois il le frappait.

 

 

 

24 décembre, la veille de Noël. Tout le monde réveillonne avec sa famille. Il n’y a personne dans la rue, a fortiori dans cette petite allée.

 

 

 

07H26, le 25 décembre

 

Près d’une poubelle, les policiers trouvent un SDF qui est resté là toute la nuit.

 

Pendant la nuit, Guichard est passé dans cette allée et a décroché son téléphone.

 

« Mais arrête de me téléphoner, je sais, je vais m’occuper de ma dette, t’inquiète ! Quoi ? Dans 2 jours ? C’est pas possible !... Non, non, non, ok ? Ne m’envoie pas de gorilles. Je te promets, je vais te rembourser dans une semaine ! »

 

Il raccroche, il ne sait pas que son collègue Damien est déjà dans le coin. Damien est en haut d’un immeuble et s'est installé dans un couloir qui fait face à cette allée.

 

Guichard ne sait pas qu’il va donner sa vie à cause d’une cigarette ! Il en a pris une dans sa poche, puis il a frotté une allumette. Il longe cette allée en fumant...

 

De l’autre côté, Damien est prêt, il attend le bon moment pour lancer la pierre... Damien exhibe un sourire narquois. Au même moment, le cri de Guichard traverse l'allée, suivi par un fracas familier...

 

 

 

 

 

13H25, le 25 décembre

 

Au commissariat de police après une bonne matinée d'enquête

 

« Guichard a été tué pour de l’argent, et son collègue Damien est notre principal suspect. C'est lui qui a prêté l’argent à Guichard et Guichard n’a pas pu le rembourser alors il l'a tué ! En fait, le fracas que ses voisins entendaient prouve qu’il s’était déjà entraîné plusieurs fois avant de tuer Guichard » 

 

« Mais comment, je veux dire, de quelle manière peut-il assassiner Guichard, il n’y a pas de relation entre le fracas et le crime !» 

 

« C’est la cigarette, Guichard, il fume tout le temps, et Damien connaît ses habitudes par cœur, il en a tiré parti pour le tuer. Il avait déjà essayé de lancer une pierre contre la même partie de ce mur . Et hier soir, quand il a vu la flamme de la cigarette se déplacer jusqu’à cette partie du mur, il a projeté la pierre attachée à un fils assez long. Ainsi, il pensait faire planer le mystère sur son crime. »

 

 

 

15H00, le 25 décembre

 

Chez Damien

 

Il est menotté et emmené par des policiers en ce jour de Noël.

 

Triste...

 

                                                          Shengyu, chinoise

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Etudiant de l'ecole interculturelle - dans Nos histoires policières
commenter cet article

commentaires